baby a posé la question dans Grossesse et enfantsNaissances et bébés · il y a 1 décennie

qu'est ce que le syndrome de kawasaki?

je veux connaître l'èvolution de cette maladie et la cause. cette maladie se guèrrit elle et l'enfant èvole t il comme ceux de son âge? plus d'information possible. je compte sur vous car mon bèbè de 9 mois est atteind de ça.

4 réponses

Évaluation
  • il y a 1 décennie
    Réponse favorite

    j'ai trouvé ca mais c'est en anglais.

    Apparement si c'est détecté tot il peut guérir...mais va voir le lien

    http://www.kidshealth.org/parent/medical/heart/kaw...

    un site en francais...

    http://www.med.univ-rennes1.fr/etud/pediatrie/kawa...

  • Lol
    Lv 6
    il y a 1 décennie

    Le bébé d'une amie a souffert de ce syndrôme au même âge, il a été soigné sur Lyon, et c'est à présent un petit bonhomme de 3 ans en pleine forme. Et suivi.

    Faites confiance à l'équipe soignante, c'est à elle qu'il faut poser TOUTES les questions qui vous traversent l'esprit. Ne restez pas seule avec votre inquiétude.

    Bon rétablissement à votre bébé.

  • shujin
    Lv 7
    il y a 1 décennie

    je connaissais pas mais çà a l'air vachement pénible !

    je te mets le lien !

    http://www.doctissimo.com/html/sante/encyclopedie/...

    bon courage à toi et à ton bébé !

  • chaxay
    Lv 7
    il y a 1 décennie

    ffection survenant chez le nourrisson (80 % des enfants atteints ont moins de 5 ans) et l'enfant d'âge prépubère, plus rare chez l'adolescent, se caractérisant par une élévation brutale et en plateau (durant plus de 5 jours) de la température durant environ 2 semaines, une éruption ressemblant à celle la scarlatine, des ganglions cervicaux (au niveau du cou) très volumineux et parfois visibles à l'oeil nu, un gonflement de la plante des pieds et de la paume des mains.

    Epidémiologie

    Cette affectionn non exceptionnelle en Europe, a été surtout décrite et observée au Japon en 1967 mais déclarée dans tous les pays du monde et notamment aux Etats-Unis et au Canada où elle sévit par épidémies localisées.

    Épidémies distinctes et saisonnières (fin d’hiver, début de printemps).

    Causes

    Inconnue. L'origine de ce syndrome serait peut-être un dysfonctionnement immunitaire, ou avoir une origine bactérienne ou virale.

    Il existe quelques rares cas familiaux qui ont conduit à la recherche d’un terrain génétique prédisposant.

    retour au haut de la pageSymptômes

    En plus des symptômes cités précédemment, il existe :

    * Une chéilite : inflammation des lèvres qui apparaissent rouges, sèches, fissurées, saignant au moindre contact

    * Une conjonctivite bilatérale (des deux côtés)

    * Une langue comparable à celle visible lors de la scarlatine (« framboisée »)

    * Un érythème (coloration rose - rouge) de la bouche et du pharynx

    * Un oedème dur, quelquefois douloureux, touchant les mains et les pieds, suivi trois semaines plus tard par une desquamation (chute de lambeaux de peau) très fréquemment

    * Aux cinquième et septième jours apparaît une éruption de type scarlatiniforme (ressemblant à la scarlatine) ou morbiliforme (ressemblant à la rougeole) touchant le tronc et évoluant par poussées successives puis guérissant en trois semaines.

    * Les ganglions ne suppurent jamais.

    * Des symptômes neurologiques avec une atteinte des méninges (s'accompagnant de maux de tête et d'une nuque raide), et une certaine irritabilité sont possibles.

    * Des accidents vasculaires cérébraux peuvent entraîner des paralysies.

    * Des artharalgies (douleurs dans les articulations) et parfois même des arthrites (inflammations des articulations) dans quelques cas

    * Des troubles digestifs, essentiellement à type de diarrhée

    * Des troubles pulmonaires

    * Une hépatomégalie (augmentation du foie)

    * Des problèmes rénaux accompagnés d'une pyurie (présence de pus dans les urines) et d'une protéinurie transitoire (présence de protéines dans les urines passagèrement) peuvent se voir.

    Examen Physique

    L'auscultation cardiaque présente quelques anomalies : c'est l'atteinte cardiaque, qui se traduit par des tachycardies (accélérations du rythme du coeur), une augmentation du volume du coeur qui fait toute la gravité de la maladie.

    Labo

    Il met en évidence un syndrome inflammatoire sévère accompagné d'une élévation importante de la vitesse sédimentation et d'une hyperplaquettose.

    retour au haut de la pageEvolution

    La maladie de Kawasaki est susceptible d'être à l'origine d'altération très sévère du cœur et des gros vaisseaux.

    Pendant la phase aiguë peut apparaître une inflammation du myocarde (du muscle du cœur et du péricarde = membrane recouvrant et protégeant le cœur).

    Vers la troisième semaine, le patient peut faire une coronarite (inflammation des coronaires).

    Lorsqu'il n'existe pas d'anomalie coronarienne, l'enfant est susceptible de vivre une vie « normale» c'est-à-dire en ayant des activités comme les autres enfants de son âge. Néanmoins, il est préférable de faire environ tous les 3 ans une surveillance cardiaque complète.

    Le plus souvent, la maladie de Kawasaki ne récidive pas chez un individu, ce qui serait dû à une immunité acquise définitivement.

    Cependant, cette maladie peut être mortelle dans environ 2% de cas, à cause de l'atteinte cardiaque. Elle est souvent due à une thrombose artérielle (présence d'un caillot sanguin dans une artère) due à l'élévation du taux de plaquettes (hyperplaquettose) ou à la rupture d'un anévrisme de l'artère coronaire ou de l'aorte. Un anévrisme est la formation au niveau de l'artère d'un sac dans lequel s'engouffre le sang.

    retour au haut de la pageTraitement

    Le malade nécessite une hospitalisation dès les premiers jours et une surveillance particulièrement stricte. Le traitement permet, durant la phase aiguë, de réduire les symptômes inflammatoires et de réduire les complications cardio-vasculaires.

    Cette maladie résiste aux antibiotiques et la fièvre aux antipyrétiques (médicaments utilisés contre l'élévation de température).

    Le traitement est essentiellement préventif, en surveillant d'éventuelles complications cardio-vasculaires et utilise pour cela les antiagrégants plaquettaires par voie orale.

    Utilisation des immunoglobulines (anticorps) par voie intraveineuse, associées à de l'aspirine (à des doses variant de 30 à 100 mg par kilo et par jour) 2 jours de suite ou 2 grammes par kilo en une seule perfusion.

    Ce protocole thérapeutique permet de réduire de façon très significative les risques d'anévrisme.

    Si le traitement est trop tardif, l'efficacité de celui-ci sur les complications vasculaires est moins bonne.

    La corticothérapie (utilisation de la cortisone) par voie générale a longtemps été au centre d'une polémique.

    Lors de la convalescence, qui commence généralement autour du dixième jour après le début de la maladie, le traitement par aspirine est poursuivi à faibles doses pendant deux mois. Si les examens échocardiographiques sont négatifs plus longtemps et s'il n'existe pas d'anomalie des coronaires, il est possible de proposer au patient un suivi moins strict par un spécialiste.

    retour au haut de la pageBibliographie

    Melish ME, Pédiatr. Dermatol. 1992; 9 (4) : 335-337

    Struillou L, Barrier JH- -Le syndrome de Kawasaki chez l'adulte. Presse médicale 1998 ; : 27 2738

Vous avez d’autres questions ? Pour obtenir des réponses, posez vos questions dès maintenant.