jacques m a posé la question dans SantéPathologiesMaladies respiratoires · il y a 1 décennie

Parlez-moi briévèment de la bronchiolite spastique chez les enfants de 0 à 2 ans?

La définition, l'étiologie complète, l'épidémiologie, la clinique complète, le diagnostic ( differentiel, ...), la physiopathologie de la bronchiolite spastique, la conduite infirmière, le traitement ( curatif, préventif )

2 réponses

Évaluation
  • il y a 1 décennie
    Réponse favorite

    Une bronchiolite est une maladie pulmonaire due à un virus : Le plus souvent le virus respiratoire syncytial, mais d'autres virus peuvent en être la cause. La durée moyenne d'évolution est d'environ douze jours.

    La bronchiolite touche les nourrissons et les jeunes enfants par épidémies hivernales. Les enfants les plus exposés sont ceux qui fréquentent une collectivité (crèche en particulier) car cette infection est très contagieuse. c'est une maladie fréquente (touche 1 à 2% des nourrissons de moins d'un an). Les enfants fragiles (prématurés, faible poids de naissance, âge inférieur à six semaines, porteurs de maladies cardiaques ou neurologiques, immnunodéficients...) sont particulièrement plus touchés. 1% à 2% des bronchiolites sont graves.

    La période épidémique va de décembre à janvier en Europe et peut s'étendre jusqu'à février aux USA.

    On observe :

    une fièvre modérée, autour de 38 °C ;

    un écoulement nasal ;

    des difficultés respiratoires surtout : respiration rapide, difficile, sifflante et toux ;

    Certains signes justifient une consultation en urgence :

    enfant très jeune (moins de 3 mois) ;

    difficultés alimentaires ;

    apnée (pause respiratoire) ;

    sueurs, cyanose (coloration bleutée de la peau) ;

    fréquence cardiaque très élevée ;

    troubles de la conscience : perte de connaissance, malaise.

    Le nettoyage du nez et du circuit nez/sinus/arrière gorge qui constitue le filtre de la ventilation et qui est à l'origine d'une partie des sécrétions qui s'accumullent dans dans les voies pulmonaires est primordial, plusieurs fois par jour (ce nettoyage est effectué avec du liquide physiologique envoyé avec une pression suffisante dans les fosses nasales).

    En France, à la différence de la pratique aux Etats-Unis, la kinésithérapie respiratoire est préconisée selon un consensus (anaes 2000 et institut national de prévention et d'éducation pour la santé 2003). La technique est celle de l'accélération du flux expiratoire avec toux provoquée. Cette technique n'a cependant pas été évaluée sur l'évolution de la maladie. Elle peut cependant être responsable d'effets indésirables comme des fractures de côtes (1/1000 enfants traités). Certains estiment que le recours systématique à la kinésithérapie respiratoire n'est pas justifié[1].

    Les techniques utilisant la percussion et les vibrations ont été évalué mais n'apportent pas la preuve de leur efficacité. Par contre aucun effet indésirable n'a été recensé en utilisant ces techniques.

    La surveillance de l'enfant et de sa respiration doit être attentive.

    Il est important de ne jamais donner de sirop contre la toux ni de médicaments sédatifs !

    L'utilité des bronchodilatateur est très contestée

    Le Palivizumab est un anticorps monoclonal efficace dans la prévention de la bronchiolite mais son coût, très important, le réserve à certains enfants particulièrement fragiles. Il n'a pas d'efficacité curative démontrée, de la même façon que pour les autres traitements antiviraux.

    Les corticoïdes, bronchodilatateurs bétamimétiques, antihistaminiques et antibiotiques n'ont pas d'efficacité sur la durée ou la sévérité de la maladie. Les antibiotiques ne sont utilisés que dans les rares complications bactériennes.

    Il n'existe pas, pour l'instant, de vaccination efficace contre le virus respiratoire syncitial.

    Les conseils habituellement donnés sont le désencombrement nasal, le fractionnement des repas, l'apport d'une hydratation correcte, la supression du tabac dans l'environnement. Dans les formes graves l'hospitalisation est de mise avec oxygénothérapie, alimentation entérale ou parentérale, voire la ventilation assistée.

  • il y a 1 décennie

    Brièvement, tu es sûre ?

    Regarde sur Doctissimo.fr !!

    Tu fais médecine ou quoi ??

    Une école Infirmière, je pense que j'ai trouvé !

    Consulter la bibliographie infirmière de pédiatrie au chapitre pneumo !

    Bon courage ...

Vous avez d’autres questions ? Pour obtenir des réponses, posez vos questions dès maintenant.