Kikoo-boss a posé la question dans Politique et gouvernementImmigration · il y a 1 décennie

Pourquoi est-ce que la plupart des décérébrés de cette rubrique disent que les races n'existent pas ?

Alors que l'emploi du mot "race" ici n'est plus biologique mais social et anthropologique. Ceux qui nient l'existence de ces races, nient-ils aussi l'existence des ethnies et des différents peuples ?

Dans le dictionnaire, quand je regarde le mot "race", je vois comme définition :

> race

(nom féminin)

Tous ceux qui viennent d'une même famille.

Variété de l'espèce humaine.

Variété d'une espèce animale.

Il n'est pas dit que la variété est biologique. Elle peut être culturelle.

Mise à jour:

http://dictionnaire.tv5.org/dictionnaires.asp?Acti...

TV5 est un fervent défenseur du français et de la francophonie.

Mise à jour 2:

Chère libellule, il se trouve que je ne défends point la hiérarchie des races mais l'existence des races. Il faut cesser de faire des amalgames quand on est stupide et ignorant et qu'on a pas les capacités nécessaires pour discerner le racisme de la simple reconnaissance de l'existence de différentes sous-espèces culturelles et anthropologiques.

Mise à jour 3:

En ce qui me concerne, je considère qu'est paranoïaque la personne accusant l'autre hiérarchiser les races juste quand on reconnaît leur existence.

Je n'ai jamais laissé entendre que X race était inférieure à Y race, je ne faisais que constater leur existence. Cependant, il est regrettable que la plupart d'entre vous soient trop braqués et remplis de préjugés pour comprendre quelque chose ayant été démontré par a+b.

21 réponses

Évaluation
  • Anonyme
    il y a 1 décennie
    Meilleure réponse

    Alors voila, maintenant, pour donner son avis sur le racisme, il faut être diplômé en sciences biologique , social et anthropologique, et de préférence, faut faire partie de l'académie française ? Ben tiens, nous v'la bien.

    Je cause que si je veux, et de quoi que je veux.

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • il y a 1 décennie

    Ton dico date de quand?

    Et pourquoi insulter de "décérébrés" des personnes qui émettent une thèse reconnue scientifiquement depuis quelques décennies déjà???

    Ta théorie à toi par contre date du 19ème siècle...

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • il y a 1 décennie

    Décérébrés ou décérébralisé !

    Je vais changer mon dico moi

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • il y a 1 décennie

    Eh bien, je crois qu'on vous a appris une bonne leçon, ce n'est pas la peine que je mette mon grain de sel.

    Alors, avant d'orienter la question (décérébré toi-même! lol), pour la prochaine fois assurez-vous de ne pas dire de bêtises, ça vous évitera le ridicule.

    De rien.

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • Que pensez-vous des réponses ? Vous pouvez vous connecter afin de voter pour la réponse.
  • Anonyme
    il y a 1 décennie

    Tu joues sur les mots. Au delà de ceci ce qui est détestable ce sont les idées véhiculées par certains.

    Et pourquoi ceux qui refusent les idées nauséabondes sont-ils traités de décérécrés ?

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • Anonyme
    il y a 1 décennie

    Euh... peux-tu nous donner le lien vers le dictionnaire qui t'as donné ce résultat s'il-te-plait ?

    EDIT :

    Il faudra alors qu'ils pensent à changer la définition parce que là, c'est craignos ! :-D

    Regarde toi-même, un autre dictionnaire considère ta définition comme archaïque ! (TV5 était mon dico jusqu'à aujourd'hui, et ben aujourd'hui "grâce" à toi, il ne l'est plus :-/) :

    http://www.le-dictionnaire.com/definition.php?mot=...

    .

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • il y a 1 décennie

    1/ Rapport avec l'immigration ?

    2/ IL n'y a pas que les décérébrés quile disent, mais aussi la plupart des scientifiques du globe, maispeut etre confonds tu races et espéces ?

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • il y a 1 décennie

    le mot "race" ou "les races" chez la plupart des "humains" s'emploie toujours péjorativement: :race supérieure /race élue/ race coranique....tout ça pour expliquer pourquoi il faut assassiner ses collègues de bureau!!!

    Bref race racisme xénophobie= l'ambiance de merde actuelle en occident

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • Anonyme
    il y a 1 décennie

    décérébré toi-même ! était-ce de la provocation ou non, ta question ? je l'espère…

    "La génétique moderne montre l’existence, au sein de l’humanité, de «groupes d’ascendance» aux contours flous et à la diversité interne très élevée - sans différences biologiques nettes, et bien sûr sans aucune hiérarchie. Elle ne réintroduit pas la vieille notion de «race», vecteur de tant de drames. Elle ne remet nullement en cause l’égalité en droits de tous les hommes : ce principe, d’une autre nature, est un choix politique, et ne suppose pas que les humains soient tous pareils.»"

    Cette idée de "races humaines" est aussi nauséabonde que la "notion" d' "identité nationale", qui n'existent que par l'ignorance.

    ______________________________

    En Taxinomie, la "race" est un rang inférieur à l'espèce dont les taxons n'ont pas de nom scientifique car ils ne sont basé que sur des critères subjectifs ou pratiques (par exemple l'expression d'un caractère qui soit sous-tendu par des gènes différents amènerait quand même à classer identiques des individus qui n'ont rien en commun sur ce point - ce qui est aussi absurde que de soutenir actuellement qu'un dauphin est un poisson parce qu'il est un animal aquatique !! … bien qu'il puisse y ressembler physiquement, phénotypiquement au premier abord ;) ).

    "La notion de race humaine est une tentative d'application aux humains du concept de race, qui définit des sous-groupes dans une espèce animale domestiquée. On a longtemps cru pouvoir définir des races humaines par la couleur de la peau, ou l'origine géographique supposée (races blanche, noire, jaune...). L'état actuel des connaissances en génétique et en anthropologie physique a permis d'invalider ce concept et établit qu'il n'y a pas de sous-groupes dans l'espèce humaine.

    Même si récemment la génétique moderne a montré l’existence, au sein de l’humanité, de sept «groupes d’ascendance» aux contours flous sans différences biologiques nettes et sans aucune hiérarchie, ce ne sont cependant pas des «races» au sens ancien du terme, qui associe à la couleur de peau des comportements, des qualités et des défauts, des forces et des faiblesses qui seraient héréditaires et radicalement différentes d’une communauté à l’autre. Même si l'humanité n’est pas pour autant totalement homogène, elle n’est pas divisée en «races» fondamentalement distinctes comme on le prétendait jadis.

    Du point de vue historique, le terme a été employé pour désigner des groupes se différenciant par leur religion (race juive), ou encore par leur nationalité par les courants nationalistes au XIXe siècle (race allemande, race germanique...).

    […]

    La grande variabilité des traits physiques pose un problème : il est impossible de définir des races cloisonnées, où les traits seraient strictement propres à un groupe donné. En effet, la grande majorité des caractères physiques sont quantitatifs. Ainsi, définir une race en se fondant sur la pigmentation de la peau est délicat, car toutes les nuances existent au sein de l’espèce humaine, et même à l'intérieur de groupes donnés.

    […]

    Aussi bien la biologie que les approches des « sciences humaines » anthropologiques, études comparatives des civilisations, ethnologiques, que les analyses politiques et sociologiques, ont eu à abandonner la notion.

    D'une part l’avancée des travaux en génétique a forcé à abandonner la notion, après avoir établi que les différences entre les humains sont individuelles et non de race (ou groupe). En effet les individus sont tous différents et les caractères qui produisent ces différences se retrouvent dans toutes les populations.

    Comme le dit le généticien André Langaney (1992) :

    « Au début des recherches en génétique, les scientifiques, qui avaient en tête des classifications raciales héritées du siècle dernier, pensaient qu’ils allaient retrouver des gènes des Jaunes, des Noirs, des Blancs… Eh bien, pas du tout, on ne les a pas trouvés. Dans tous les systèmes génétiques humains connus, les répertoires de gènes sont les mêmes. »

    D’autre part, la période de la politique d’extermination raciste du nazisme, a forcé, après guerre, à réfléchir de manière critique sur cette notion de race humaine, et soit à l’abandonner, soit à ne la conserver que dans un sens métaphorique, c’est-à-dire de groupement culturel mais non plus de classe biologique.

    Les crimes du nazisme, qui justifiait ses exactions au nom de la sauvegarde d'une pseudo « race aryenne », entraînèrent une rectification dans le sens de l'anti-raciologie. Dans son édition de juillet-août 1950, sous le titre « Les Savants du monde entier dénoncent un mythe absurde… le racisme », le Courrier de l’UNESCO publie la « déclaration sur la race ». Il s’agit d’un document rédigé en décembre 1949 par un groupe international de chercheurs qui récuse la notion de race et affirme l’unité fondamentale de l’humanité.

    Claude Lévi-Strauss analyse les mécanismes de la constitution de l’idéologie raciste, en terme de différenciations de races :

    « Le péché originel de l’anthropologie consiste dans la confusion entre la notion purement biologique de race (à supposer que [...] cette notion puisse prétendre à l’objectivité, ce que la génétique moderne conteste) et les productions sociologiques et psychologiques des cultures humaines. »

    Levi-Strauss affirme que si les groupes humains se distinguent, et pour autant qu’ils sont à distinguer, c'est uniquement en termes de culture. En effet, c'est uniquement par la culture que les groupes humains ou sociétés se départagent et se différencient ; pas selon la nature que serait la nature biologique. C’est-à-dire que s’il y a bien lieu de maintenir les distinctions, le phénomène n'est en aucun cas naturel. Il ne relève pas de l’étude de la biologie, mais de l’anthropologie au sens large. Le racisme consiste précisément dans le contraire, soit à faire d’un phénomène culturel, un phénomène prétendument physique, naturel et biologique. En effet, il explique dans Race et Histoire (qui sera aussi publié par l'UNESCO) que la très grande diversité culturelle, correspondant à des modes de vie extraordinairement diversifiés, n’est en rien imputable à la biologie : elle se développe parallèlement à la diversité biologique. Il a repris ses analyses dans un ouvrage ultérieur et plus détaillé, Le Regard éloigné."

    (source wikipedia)

    Aujourd'hui l'Ethnologie a abandonné le terme de race pour parler d'ethnie, car la seule chose qui peut différencier les hommes c'est la culture.

    L'ESPÈCE Humaine est très jeune (60.000 ans), pas de quoi créer des fossés génétiques ! Même si certains ont prétendu pouvoir classer l'Humanité en quelques grands groupes aux contours extrêmement flous (c'est un euphémisme), la fiabilité de ces classement est tellement insignifiante pour être considérée comme scientifique.

    "Ce grand flou n'a pourtant pas empêché une société américaine d'obtenir, en 2005, la première homologation d'un médicament « racial » destiné aux Noirs. Il est censé soigner l'insuffisance cardiaque, plus fréquente chez les Américains d'origine africaine, sans que la raison en soit connue. Dans son livre, Bertrand Jordan dénonce l'homologation du BiDil, médicament dont l'efficacité est la même quel que soit le malade, blanc, noir ou jaune. Pis : ce remède, vendu très cher, ne fait qu'associer deux vieilles molécules commercialisées à bas prix depuis longtemps ! Ce qui explique sans doute son flop commercial."

    (source : http://www.lepoint.fr/actualites-science )

    Axel Kahn:

    "La notion fondamentale à saisir est celle-ci : un gène ne commande jamais un destin humain. Il ne fait qu’intervenir dans un programme complexe auquel participent de nombreux autres gènes en interaction subtile avec un programme biologique, qui définit la réactivité des êtres vivants à leur environnement. Pour l’homme, son environnement psychologique, psychique, éducatif, etc.

    […]

    Depuis plus d’un siècle, sans discontinuité, on exhibe des résultats scientifiques venant à l’appui de préjugés idéologiques. C’est la définition du philosophe Georges Canguilhem de l’idéologie scientifique : un préjugé qui se drape dans les oripeaux dscience établie pour renforcer sa force de conviction. Dans Nature et Science, les deux plus grands journaux de biologie, 80 % à 90 % des commentaires des articles montrent que leurs auteurs relèvent de préjugés sociobiologiques (la sociobiologie vise à démontrer l’origine biologique du comportement social - NDLR). Or, le plus souvent, l’élément génétique est très faible par rapport à l’élément social et émotionnel."

    "En résumé : il est possible de classer les êtres humains en races définies scientifiquement à une échelle arbitraire, mais cette classification raciale n’est pas pertinente biologiquement. Il faut cependant noter que la notion de « race » utilisée ici diffère sensiblement de celle utilisant les simples traits physiques. La tentative d’amalgamer les deux définitions en omettant le manque de pertinence du concept étant généralement le fait des partisans de théories racistes."

    (source wikipedia)

    Source(s) : # Génétique des Populations, Athropologie, Sociologie, Ethnologie, … # Gérard Noiriel, Introduction à la socio-histoire, Paris, La Découverte, collection "Repères", 2006. # Gérard Noiriel, Immigration, antisémitisme et racisme en France (XIXe-XXe siècle) : Discours publics, humiliations privées, Paris, Fayard, 2007. # Gérard Noiriel, A quoi sert l'identité nationale, Agone, 2007 # Albert Jacquard, La Science à l'usage des non-scientifiques, 2003. # Frederic Monneyron, L'Imaginaire racial, L'Harmattan, 2004 # Sarga Moussa (dir.), L'idée de "race" dans les sciences humaines et la littérature (XVIIIe - XIXe siècles) : actes du colloque international de Lyon, (16-18 novembre 2000), L'Harmattan, 2003 # Trenton C. Holliday, Espèces d'hybrides !, La recherche, 377, 2004. # Claude Lévi-Strauss, Race et histoire. Unesco. 1961. # H. Marchal, L'identité en question http://www.liberation.fr/transversales/futur/actu/... http://www.admin.ch/ch/f/rs/0_104/index.html http://www.humanite.fr/2007-04-04_Societe_-Un-gene...
    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • il y a 1 décennie

    La race existe, la race humaine par exemple, elle même diversifié en plusieurs origines ethniques

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • Assia
    Lv 6
    il y a 1 décennie

    Désolée mais quand je parle d'un chinois ou d'un suédois je ne considère pas qu'il soit de race différente.

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
Vous avez d’autres questions ? Pour obtenir des réponses, posez vos questions dès maintenant.