• Quelle est votre lecture du moment?

    34 réponses · Livres et auteurs · il y a 2 jours
  • " Il n'y a pas de code qui soit structurellement secret (Derrida)", le secret du net une blague ?

    Meilleure réponse : Oui, parce que c'est un cerveau humain qui a fait le code , mais dans cette optique le futur codage quantique pourrait coder nos cerveaux pour de vrai .
    Meilleure réponse : Oui, parce que c'est un cerveau humain qui a fait le code , mais dans cette optique le futur codage quantique pourrait coder nos cerveaux pour de vrai .
    6 réponses · Philosophie · il y a 6 heures
  • Si vous n'aviez aucune chance de vous faire choper, est-ce que voleriez dans un supermarché ?

    Ou est-ce que votre conscience, votre religion, votre éthique personnelle, ou autre vous en empêcherait ?
    Ou est-ce que votre conscience, votre religion, votre éthique personnelle, ou autre vous en empêcherait ?
    71 réponses · Philosophie · il y a 5 jours
  • La richesse des mots cache-t-elle la pauvreté des idées ?

    Meilleure réponse : Nominalisme?
    Meilleure réponse : Nominalisme?
    17 réponses · Philosophie · il y a 2 jours
  • La beauté: N'est-ce pas ce qui dans le regard exprime l’intelligence, et l’intelligence... Ce qui dans le regard exprime la beauté?
  • L'irrésistible ascension d'Adolf Hitler ne vous interroge-t-elle pas sur l'irrésistible ascension de Marine Le Pen ?

    Meilleure réponse : Il est vrai que les similitudes sont pour le moins troublantes...
    Meilleure réponse : Il est vrai que les similitudes sont pour le moins troublantes...
    19 réponses · Histoire · il y a 2 jours
  • Je m'excuse, j'aimerais avoir l'opinion de ceux et celles qui aiment philosopher sur toute sortes de questions...?

    Meilleure réponse : le goût de la vie, c'est d'être constamment relié avec la vie, les autres, la nature ...être à l'écoute du moindre bruissement du vent ...goûter la vie dans ces moindres recoins
    Meilleure réponse : le goût de la vie, c'est d'être constamment relié avec la vie, les autres, la nature ...être à l'écoute du moindre bruissement du vent ...goûter la vie dans ces moindres recoins
    15 réponses · Philosophie · il y a 4 jours
  • Il y a beaucoup d'esclaves et peu de Spartacus, la peur d'être libre ?

    Meilleure réponse : Il y a également très peu d'esclaves libérés qui se soucient du sort de leur chef (la lassitude d'être libres?) Je ne remonterais pas très loin dans l'histoire des peuples...
    Spartacus meurt les armes à la main en 71 av. J.-C. Son corps ne sera jamais formellement identifié.
    Meilleure réponse : Il y a également très peu d'esclaves libérés qui se soucient du sort de leur chef (la lassitude d'être libres?) Je ne remonterais pas très loin dans l'histoire des peuples...
    Spartacus meurt les armes à la main en 71 av. J.-C. Son corps ne sera jamais formellement identifié.
    8 réponses · Philosophie · il y a 1 jour
  • Bonsoir selon vous une civilisation peut elle englober plusieurs cultures ? cas de la civilisation islamique (culture maghrébine,?

    Meilleure réponse : Oui, oui et (oui) et ce n'en déplaise au plus grand nombre déjà le cas concernant le monde islamique sous l'égide de la civilisation du même nom. Il est ici certains points intéressant à noter le premier c'est la faculté qu'ont les occidentaux d'accorder l'histoire à l'unisson de... afficher plus
    Meilleure réponse : Oui, oui et (oui) et ce n'en déplaise au plus grand nombre déjà le cas concernant le monde islamique sous l'égide de la civilisation du même nom. Il est ici certains points intéressant à noter le premier c'est la faculté qu'ont les occidentaux d'accorder l'histoire à l'unisson de l'idéalisme dominant du moment. Les chiites ont été pendant très longtemps diabolisés au détriment des sunnites alliés à l'occident, on voit bien que pour des raisons idéologiques et politiques il n'en est plus de même aujourd'hui. Les chiites sont devenus très tendances depuis que leurs élites ont les yeux braqués, vers les richesses de l'occident ont leur trouve tout autant de vertus qui étaient autant de danger il y a encore une dizaine d'années comme le fait d'avoir une autorité centrale, une transmission du pouvoir élitiste - la plupart du temps intergénérationnelle. Ce qui bien sûr n'existe pas dans le monde sunnite qui n'a ni clergé, ni autorité centrale, ni vie sacramentelle. Quant au fait qu'il soient toujours en guerre et les uns contre les autres, encore une fois n'en déplaise au plus grand nombre acquis aux thèses du club de l'horloge, est essentiellement dû à l'ingérence des pays occidentaux. Ingérence au lendemain de l'effondrement de l'empire ottoman et du partage arbitraire du proche orient par les deux grandes puissances Européenne du moment à savoir l’Angleterre et la France. Ingérence au lendemain de la nationalisation du canal de Suez par Nasser - et là encore par l'Angleterre et la France contre l'avis des États-Unis (et non pour des raisons philanthropiques. Le fait d'avoir précipité la chute du panarabisme, et notamment de Michel Aflak pour ne citer que le moins connu à amplement permis l'émergence du panislamisme, cela prouve de fait que non seulement il existe une civilisation islamique (je lui préfère le terme de civilisation musulmane) mais qui plus est que celle-ci a été prépondérante sur toutes les autres cultures.

    Il me faut revenir ici sur une iniquité dont l'histoire que l'imposture se charge d'écrire répand à grand renforts d'arguments fallacieux. Le chiisme en Perse n'a absolument pas été choisi et j'insiste absolument pas été choisi comme argument de rupture avec le monde arabe et encore moins de l'Islam. Et au contraire même si l'Iran entretien un lien fort avec son passé d'avant l'Islam cela n' a jamais conduit les iraniens à renier leur héritage islamique.

    Je ne m'étendrai pas ici sur l'origine du schisme entre chiites et sunnites mais pour rappel les raisons sont davantage politiques que théologiques. Mêlés à la majorité des musulmans de langue arabe qui acceptaient la version sunnite de la foi, parfois en conflit avec eux et parfois en paix, vivaient des communautés de chiites "duodécimains". Peu à peu ils élaborèrent leur propre conception de ce qui s'était passé dans l'histoire, et de ce qui aurait du se passer. Elle soutenait les revendications d'Ali et de ses successeurs, et vilipendait les trois premiers califes, considérés comme des usurpateurs. L'histoire extérieure des musulmans, la chronique du pouvoir politique, avait divergé, selon elle, de leur vraie histoire interne. Ceci est un raccourci bien évidemment parce qu'il faudrait en écrire non pas des pages, mais des livres entiers notamment sur les descendants du prophète de par sa fille Fatima et son mari Ali. Mais également sur ce qu'on a appelé l'"occultation mineure" et l'occultation majeure" côté chiite.
    Ce cadre étant posé il me faut maintenant m'attarder sur le cas de la Perse. Dans l'Occident musulman, la langue arabe éteignit peu à peu les vernaculaires. Mais en Iran et dans les autres régions orientales, le persan resta en usage. La distinction entre Arabes et Perses n'avait pas disparu depuis l'époque où les premiers avaient absorbés l'Empire sassanide, mis ses fonctionnaires au service des califes abbassides et engagé ses lettrés dans le processus de création d'une culture islamique. Ce sentiment de différence qui recouvrait une sourde hostilité s'exprima dans la "shu'ubiyya",controverse littéraire menée en arabe sur les mérites respectifs des deux peuples dans la formation de l'Islam. Les Perses continuèrent à utiliser le palhavi, à la fois dans les textes religieux zoroastriens et, pendant un certains temps, dans l'administration.
    Au Xe siècle se produisit un phénomène inédit : l'apparition d'une grande littérature d'un nouveau type de langue persane. Elle ne différait pas beaucoup du pahlavi par sa structure grammaticale, mais s'écrivait en caractères "ARABES", et avait un vocabulaire enrichi de mots empruntés à l'arabe. Les origines de saconstitution sont à rechercher, semble-t-il dans l'Est de l'Iran, à la cour de plusieurs princes locaux auxquels l'arabe n'était pas familier. La nouvelle littérature reflétait en partie les genres littéraires couramment pratiqués dans les autres cours : poésie lyrique et panégyrique, histoire, et parfois œuvres religieuses. Mais elle comprenait aussi une autre forme d'écriture qui était typiquement perse. Le poème épique rappelant l'histoire traditionnelle de l'Iran et de ses monarques datait des temps préislamiques. Il ressucita dans la nouvelle langue persanne, et pris forme définitive avec le "Shah-nameh" de Firdawsi (vers 940-1020). De tous les pays musulmans l'Iran était pratiquement le seul à entretenir un lien fort avec son passé d'avant l'islam. Mai et j'insiste "MAIS" cela ne le conduisit jamais à renier son "HERITAGE" islamique ; les iraniens utilisent depuis cette époque l'"ARABE" pour les écrits juridiques et religieux et le persan pour la littérature profane. Il est intéressant de noter que l'influence de cette double culture s'est étendue au nord en Transoxiane et à l'est en Inde septentrionale. Il n'y a donc jamais eu volonté de la part des perses de se couper du monde arabe en épousant l'islam chiite on ne peut m^me pas l'évoquer du seul point de vue politique car à partir du XIe siècle, la plupart des souverains des deux zones n'étaient par leur origine, leur langue et leurs traditions politiques, ni des Arabes, ni des Perses. C'étaient des Turcs, descendants des peuples de pasteurs nomades de l'Asie centrale. Ceux-ci avaient commençé à franchir la frontière Nord-Est du monde islamique au cours de la période abbasside.
    10 réponses · Philosophie · il y a 2 jours
  • N’ont-ils pas dit que la condition des travailleurs s’est améliorée, mais alors pourquoi on m’impose un joug servile?

    Meilleure réponse : tu es pas dans " la bonne entreprise "
    y a t-il pas de délégués dans ta boite !!! pour faire appliqué tes droits !
    ils peuvent pas te forcé à avoir telle ou telle façon de pensées

    https://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=&...
    Meilleure réponse : tu es pas dans " la bonne entreprise "
    y a t-il pas de délégués dans ta boite !!! pour faire appliqué tes droits !
    ils peuvent pas te forcé à avoir telle ou telle façon de pensées

    https://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=&...
    11 réponses · Philosophie · il y a 4 jours
  • Faut il accepter la réalité de la mort d'un proche?

    Meilleure réponse : Faire son deuil est la solution au chagrin l'apaisement et non l'oubli; quelques pas encore avant de le( la )rejoindre ;Nos disparus ne nous quittent pas ils nous accompagnent
    Meilleure réponse : Faire son deuil est la solution au chagrin l'apaisement et non l'oubli; quelques pas encore avant de le( la )rejoindre ;Nos disparus ne nous quittent pas ils nous accompagnent
    17 réponses · Philosophie · il y a 4 jours
  • Qui aime et connait la poésie créative ?

    Je viens de découvrir sur Amazon un livre de poésie créative vraiment génial : Brunette de Novembre ". Je ne connaissais pas et vraiment, j'ai adoré surtout les poèmes en proses, super bien écrits et souvent drôles. C'est une écriture très libre et pleine d'imagination, issue des ateliers... afficher plus
    Je viens de découvrir sur Amazon un livre de poésie créative vraiment génial : Brunette de Novembre ". Je ne connaissais pas et vraiment, j'ai adoré surtout les poèmes en proses, super bien écrits et souvent drôles. C'est une écriture très libre et pleine d'imagination, issue des ateliers d'écriture. Connaissez-vous d'autres livres de ce genre ?
    5 réponses · Poésie · il y a 4 jours
  • Comment expliquez-vous ce décalage entre la pensée abstraite et la réalité concrète ?

    "... plus j'aime l'humanité en général, moins j'aime les gens en particulier, en tant qu'individus. Dans mes rêves, je suis souvent allé jusqu'à songer passionnémen t à servir l'humanité, et peut-être me serais-je vraiment laissé crucifier pour les hommes si, pour une raison quelconque,... afficher plus
    "... plus j'aime l'humanité en général, moins j'aime les gens en particulier, en tant qu'individus. Dans mes rêves, je suis souvent allé jusqu'à songer passionnémen t à servir l'humanité, et peut-être me serais-je vraiment laissé crucifier pour les hommes si, pour une raison quelconque, cela était soudain nécessaire. Pourtant, je suis incapable de partager, ne serait-ce que deux jours, une chambre avec un être humain. À peine est-il près de moi, que déjà sa personnalité opprime mon amour-propre et entrave ma liberté. En vingt-quatre heures, je suis capable de haïr jusqu'au meilleur des hommes: l'un parce qu'il mange lentement à table, un autre parce qu'il est enrhumé et qu'il se mouche sans cesse. Je deviens l'ennemi des hommes, à peine m'effleurent-ils. En revanche, plus je haïssait les gens en particulier, plus mon amour de l'humanité en général devenait ardent." Extrait des "Frères Karamazov"
    18 réponses · Philosophie · il y a 6 jours