• Castration?

    _ Docteur! je veux me faire castrer ! _ Impossible ! On ne fait jamais ça ! _ Même pour 15 000 euros ? _ Ah! Si vous insister ... Le docteur hospitalise le monsieur et lui enlève le service trois-pièces. En se réveillant, ce dernier demande à son voisin de chambre : _ Et vous Monsieur, quelle est votre opération? _ Moi ? On m'a vasectomisé. _ ... afficher plus
    _ Docteur! je veux me faire castrer ! _ Impossible ! On ne fait jamais ça ! _ Même pour 15 000 euros ? _ Ah! Si vous insister ... Le docteur hospitalise le monsieur et lui enlève le service trois-pièces. En se réveillant, ce dernier demande à son voisin de chambre : _ Et vous Monsieur, quelle est votre opération? _ Moi ? On m'a vasectomisé. _ C'est ça le mot que je cherchais.
    Queenstown · il y a 11 heures
  • Confession?

    Le pénitent :" Mon Père, je m'accuse de m'être pendu, mais la corde a cassé." Le curé : " Repens-toi, mon Fils !"
    Le pénitent :" Mon Père, je m'accuse de m'être pendu, mais la corde a cassé." Le curé : " Repens-toi, mon Fils !"
    Jeux de mots · il y a 11 heures
  • Crampes dans les orteils?

    Le mari : "Ma femme aime tellement faire l'amour avec moi que tous les orteils lui en crochissent." Le voisin : " Ah oui ? Enlève-lui son bas-culotte. "
    Le mari : "Ma femme aime tellement faire l'amour avec moi que tous les orteils lui en crochissent." Le voisin : " Ah oui ? Enlève-lui son bas-culotte. "
    Amour et relations - Divers · il y a 11 heures
  • Docteur, le café me donne mal à l'oeil !?

    3 réponses · Futilités · il y a 12 heures
  • Autre blague, une épaisse?

    -La meuf : "Roger ! Ferme la fenêtre du salon. Il pleut dehors. " -Roger : "J'ai fermé la fenêtre comme demandé. Mais je tiens à t'en avertir. Il pleut toujours dehors."
    -La meuf : "Roger ! Ferme la fenêtre du salon. Il pleut dehors. " -Roger : "J'ai fermé la fenêtre comme demandé. Mais je tiens à t'en avertir. Il pleut toujours dehors."
    1 réponse · Parcs d'attraction · il y a 12 heures
  • Farce pour les subtils?

    - Le mec : "Moi, ce que j'aime chez une fille, c'est sa personnalité !" - La meuf : "Ça adonne bien avec moi, j'en ai PLUSIEURS." - Le mec : "QUOI ???" - La meuf : "Parle-lui pas à elle ! C"est une folle."
    - Le mec : "Moi, ce que j'aime chez une fille, c'est sa personnalité !" - La meuf : "Ça adonne bien avec moi, j'en ai PLUSIEURS." - Le mec : "QUOI ???" - La meuf : "Parle-lui pas à elle ! C"est une folle."
    Vins et spiritueux · il y a 12 heures
  • Qui va gagner?

    Deux neuneus s'ennuient. Le 1er dit au 2e : -"Veux-tu, on va jouer à celui des deux qui ne crie pas ?" -" Comment joue-t-on ça ?" demande le 2e neuneu ? -" Très simple" répond le 1er . On dépose chacun 1 euro dans la mise. Ensuite on se donne chacun un solide coup de pied dans les valseuses. Celui qui ne crie pas... afficher plus
    Deux neuneus s'ennuient. Le 1er dit au 2e : -"Veux-tu, on va jouer à celui des deux qui ne crie pas ?" -" Comment joue-t-on ça ?" demande le 2e neuneu ? -" Très simple" répond le 1er . On dépose chacun 1 euro dans la mise. Ensuite on se donne chacun un solide coup de pied dans les valseuses. Celui qui ne crie pas remporte les 2 euros. " -"Très intéressant ! Fais l'autre mais frappe le premier. Tu connais mieux les règlements que moi." -"Si tu insistes " répond l'autre, "place-toi bien droit et reste bien solide sur tes deux jambes." Aussitôt prêts, le 1er lui administre un puissant coup de pied dans les burnes. Son compagnon se tord de douleurs en faisant milles contorsions,mais, miracle ! pas un seul son ne sort de sa bouche. Revenu à lui après quelques minute, il dit à son copain, avec un air méchant dans les yeux; "Maintenant, c'est à mon tour de frapper ! Mets-toi là devant moi" -"Ce ne sera pas nécessaire" lui répond le premier. "Je te concède la victoire.Tu as gagné. Garde les deux euros."
    Blagues et humour · il y a 7 jours
  • Avez-vous peur que Dieu vous punisse?

    Pensez-vous qu'il puisse vous brûler dans son enfer ? Et vous plonger dans le malheur même en ce monde ?
    Pensez-vous qu'il puisse vous brûler dans son enfer ? Et vous plonger dans le malheur même en ce monde ?
    17 réponses · Religions et spiritualité · il y a 2 semaines
  • Immensité?

    Tous ces avions, tous ces bateaux, Tous ces buildings, tous ces métros, Tous ces taudis, tous ces rafiots, Ces autoroutes et ces barrages, Ces mercedes, ces cadillacs, Ces hôpitaux, ces magasins, Toutes ces villes et ces villages, Ces satellites et ces voyages, Et ces richesses et cet amour, Et ces douceurs et ces tendresses, Et tous ces... afficher plus
    Tous ces avions, tous ces bateaux, Tous ces buildings, tous ces métros, Tous ces taudis, tous ces rafiots, Ces autoroutes et ces barrages, Ces mercedes, ces cadillacs, Ces hôpitaux, ces magasins, Toutes ces villes et ces villages, Ces satellites et ces voyages, Et ces richesses et cet amour, Et ces douceurs et ces tendresses, Et tous ces peuples et tous ces gens, Tout est sorti un jour ou l'autre Du ventre d'une femme!
    3 réponses · Langues · il y a 3 semaines
  • Bestialité?

    Il s'appelait Thibeault, d'un nom chevaleresque. À neuf ans révolus, une lueur bizarre dans ses yeux gris annonçait la folie ou presque comme une nuée d'absence dans un blizzard. D'intelligence vive, il adorait l'école Quoiqu'il s'y fît haïr de tous sans exception. Il manquait un bardeau dans sa cervelle molle Et aimait... afficher plus
    Il s'appelait Thibeault, d'un nom chevaleresque. À neuf ans révolus, une lueur bizarre dans ses yeux gris annonçait la folie ou presque comme une nuée d'absence dans un blizzard. D'intelligence vive, il adorait l'école Quoiqu'il s'y fît haïr de tous sans exception. Il manquait un bardeau dans sa cervelle molle Et aimait s'attirer la réprobation. Souvent il fabulait en racontant ses blagues Pour se valoriser, il en déraisonnait. Ses récits devenaient incohérents et vagues Tant dans la surenchère, soudain il s'enfonçait. Il inventait gaiement en contant ses histoires Au point de soutenir qu'elles étaient bien vraies Et pouvait se fâcher si on lui laissait voir Que l'on ne croyait rien de tout ce qu'il disait. Il avait recueilli une petite chienne collie miniature que son père abhorrait Il l'avait enfermée et la comptait pour sienne dans un sombre hangar, rut alors l'exigeait. Quand j'arrivai chez lui il me dit de l'attendre et de ne pas chercher à voir ce qu'il faisait. Il s'enferma tout seul parmi le bois à fendre avec sa chienne rousse en barrant le loquet Quand il en ressortit en montant la glissière de son pantalon court, je devinai un peu sans en être certain ce qu'il venait de faire. Et la lumière du jour qui lui crispait les yeux ... Son père se douta de ses actions bestiales La chienne disparut sans plus d'explication Et Thibeault répandit des larmes animales sur le départ cruel de sa satisfaction.
    4 réponses · Poésie · il y a 3 semaines
  • Prière à Marie Poème de Francis Jammes?

    Par le petit garçon qui meurt près de sa mère Tandis que des enfants s amusent au parterre Et par l oiseau blessé qui ne sait pas comment Son aile tout à coup s ensanglante et descend Par la soif et la faim et le délire ardent Je vous salue, Marie. Par les gosses battus, par l ivrogne qui rentre Par l âne qui reçoit des coups de pied au ventre Et... afficher plus
    Par le petit garçon qui meurt près de sa mère Tandis que des enfants s amusent au parterre Et par l oiseau blessé qui ne sait pas comment Son aile tout à coup s ensanglante et descend Par la soif et la faim et le délire ardent Je vous salue, Marie. Par les gosses battus, par l ivrogne qui rentre Par l âne qui reçoit des coups de pied au ventre Et par l humiliation de l innocent châtié Par la vierge vendue qu on a déshabillée Par le fils dont la mère a été insultée Je vous salue, Marie. Par la vieille qui, trébuchant sous trop de poids S écrie: " Mon Dieu ! " par le malheureux dont les bras Ne purent s appuyer sur une amour humaine Comme la Croix du Fils sur Simon de Cyrène Par le cheval tombé sous le chariot qu il traîne Je vous salue, Marie. Par les quatre horizons qui crucifient le monde Par tous ceux dont la chair se déchire ou succombe Par ceux qui sont sans pieds, par ceux qui sont sans mains Par le malade que l on opère et qui geint Et par le juste mis au rang des assassins Je vous salue, Marie. Par la mère apprenant que son fils est guéri Par l oiseau rappelant l oiseau tombé du nid Par l herbe qui a soif et recueille l ondée Par le baiser perdu par l amour redonné Et par le mendiant retrouvant sa monnaie Je vous salue, Marie.
    5 réponses · Poésie · il y a 3 semaines
  • Chevelures de nuit?

    Chevelures ombreuses comme des campanules qui cascadez sans trève au dessus de mon lit, vos volutes de fièvre comme des funambules, suspendues sur mon rêve ondulent dans la nuit. Bercé aux voiles bleues de vos mèches obscures, je lève les amarres et cingle sous la pluie et demeure longtemps séduit par vos courbures comme magnétisé... afficher plus
    Chevelures ombreuses comme des campanules qui cascadez sans trève au dessus de mon lit, vos volutes de fièvre comme des funambules, suspendues sur mon rêve ondulent dans la nuit. Bercé aux voiles bleues de vos mèches obscures, je lève les amarres et cingle sous la pluie et demeure longtemps séduit par vos courbures comme magnétisé dans mon corps ébloui. Vos fontaines qui glissent comme des libellules inondent de leurs eaux toute ma léthargie et je vois dans vos boucles des haubans minuscules qui tissent sur mon cœur un filet nostalgie. Et gisant déployé sous vos effilochures, j'aperçois dans le ciel planer des oiseaux gris qui viennent ombrager de leurs enluminures toutes les écorchures de mon coeur incompris.
    5 réponses · Poésie · il y a 1 mois
  • Quel titre lui donner?

    6 réponses · Poésie · il y a 1 mois
  • Que pensez-vous de VIEILLIR?

    Nous voguons tous vers le grand âge Comme lui qui s'appuie sur elle Point de remède à son naufrage Dieu ! Voyez-le comme il gambelle Grâce à cette petite amante Il peut garder son équilibre Et continuer sa marche lente En se sentant encore libre Ils espèrent qu'après la mort Leur amour survivra toujours Survivra-t-il ? Quel est son sort... afficher plus
    Nous voguons tous vers le grand âge Comme lui qui s'appuie sur elle Point de remède à son naufrage Dieu ! Voyez-le comme il gambelle Grâce à cette petite amante Il peut garder son équilibre Et continuer sa marche lente En se sentant encore libre Ils espèrent qu'après la mort Leur amour survivra toujours Survivra-t-il ? Quel est son sort ? Ils le sauront peut-être un jour.
    5 réponses · Poésie · il y a 2 mois